Skipping breakfast has also contributed to people overeating during lunch. Consuming food to lose weight may appear to be an oxymoronic construct, but research has exhibited that most prospering dieters eat breakfast each morning. Studies also present that eating breakfast can help to advance concentration levels. Reinforced focus is functional for adults and children alike. walking for fat loss Factors to Consider As with the other weight loss management programs, there are many factors to consider before the patient should decide to undergo weight loss surgery. Consequently, the actual weight that will be lost is reliant on the weight before surgery, surgical procedure, patient s age, capability to exercise, total health condition of the patient, dogged determination to maintain the necessary follow-up nurture, and the enthusiasm to succeed with the help of their family, friends, and their colleagues. If you have just put on a few extra pounds and want to avoid gaining more, these weight loss surgeries for better health may seem convincing. But, in addition to being convinced, you may also have to take some action to ensure that your weight does not creep upward. Therefore, it can be concluded that losing weight is not just a question of deciding to be strong-willed and determined or upbeat and positive. Lifestyle changes are where it is at for long-term success with your weight especially after weight loss surgery. aid in weight loss Think about how good your going to look and feel. Take a few minutes before starting your routine, and meditate on this. Look good, Feel good. weight loss plans for teens 1 tablespoon Dijon mustard (country-style preferred) garcinia cambogia nutrition facts weight loss The Master Cleans Diet -The Facts best diet tips for weight loss   Le Suffrage Universel est une Arnaque | KIRK
 

Le Suffrage Universel est une Arnaque



Merci de me signaler dans les commentaires si la vidéo n'est plus disponible ou si un lien est cassé...


Étienne Chouard – Conférence: Le tirage au sort… par culture-libre

 

 

Extrait d’un pdf d’Etienne Chouard sur le suffrage universel :

On présente souvent le « gouvernement représentatif » comme « le moins mauvais système ». Résignation trop rapide ; on pourrait concevoir de bien meilleurs systèmes, qui associeraient élection et tirage au sort, par exemple, à condition toutefois de faire attention à ceux qui les écrivent : le plus important n’est pas qui vote la constitution, mais qui la propose ; selon le choix des auteurs des institutions, on peut bloquer l’évolution démocratique.

Et si on osait s’approprier les choix confisqués par des experts et faire nous-mêmes le point ?

1. D’un côté, chacun constate que le suffrage universel ne tient pas ses promesses d’émancipation : l’élection induit mécaniquement une aristocratie élective, avec son cortè-ge de malhonnêtetés et d’abus de pouvoir. Avec l’élection, les riches gouvernent toujours, les pauvres jamais.
Vers le XVIIIe siècle, une grande idée est venue soutenir l’élection : toute autorité n’est légi-time que par le consentement de ceux sur qui elle s’exerce (consentement que ne permet pas le tirage au sort, ce qui explique en partie sa mise à l’écart).

Mais après deux siècles de pratique, on constate que l’élection :

  • pousse au mensonge, avant l’élection et après (avant la réélection),
  • impose ou prête le flanc à la corruption : campagnes électorales ruineuses ; « ascenseurs à renvoyer », pantouflage, lobbying,
  • étouffe les résistances contre les abus de pouvoir : droit de parole réduit à un vote épi-sodique, déformé par un bipartisme de façade,
  • et finalement s’avère naturellement élitiste, verrouille l’exclusion du plus grand nombre de l’accès au pouvoir, et transforme les riches en surhommes qui se croient tout permis, jusqu’à imposer eux-mêmes les institutions.

Hum… Et c’est censé être le meilleur système ? Peut-être, mais pour qui ?…

2. D’un autre côté, chacun devrait apprendre (à l’école ?) que le tirage au sort a longtemps été reconnu, d’Athènes à Montesquieu, d’Aristote à Rousseau, comme la modalité principa-le, incontournable, des valeurs d’égalité et de liberté. Il a sombré dans l’oubli sous d’injustes critiques : il ne pose aucun problème insurmontable. Avec le tirage au sort, le riches ne gouvernent jamais, les pauvres toujours.
Le tirage au sort respecte fidèlement la règle démocratique de l’égalité : arbitre idéal, im-partial et incorruptible, à travers un échantillon représentatif il respecte mécanique-ment les proportions réelles en ne lésant personne, il protège la liberté de parole et d’action de chacun, il facilite la rotation des charges (qui empêche la formation de castes et qui rend les gouvernants sensibles au sort des gouvernés car ils reviendront bientôt à la condition ordinaire) et il dissuade les parties d’être malhonnêtes au lieu de les inciter à tricher. 1
Par ailleurs, le tirage au sort ne présente aucun danger de désigner des personnes incompé-tentes ou malhonnêtes si on lui associe des mécanismes complémentaires, établis dans le souci de l’intérêt général et non de l’intérêt personnel des élus :

  • on ne confie pas le pouvoir à un homme seul mais à des groupes,
  • ne sont tirés au sort que les volontaires (chacun se comporte ainsi comme un filtre),
  • les tirés au sort sont soumis à un examen d’aptitude,
  • ils sont surveillés en cours de mandat et révocables à tout moment,
  • ils sont évalués en fin de mandat, et éventuellement sanctionnés ou récompensés.

Montesquieu fait remarquer que c’est la combinaison des contrôles et du volontariat qui donne la garantie de la meilleure motivation.
Une telle organisation protègerait mieux l’intérêt général que les institutions actuelles.

3. Concrètement, on pourrait imaginer des systèmes mixtes, prenant le meilleur des deux idées en les combinant astucieusement.

Pour la sélection des représentants, les citoyens devraient pouvoir proposer libre-ment les représentants qu’ils préfèrent. Par exemple, un tirage au sort de quinze person-nes serait effectué parmi les 5% des citoyens les plus soutenus, volontaires, et la sélec-tion pourrait se terminer par un vote parmi ces quinze : le principe du consentement préalable des citoyens serait ainsi maintenu et même renforcé. La corruption serait effi-cacement combattue.

Pour l’organisation des débats au Parlement, on pourrait prévoir une Assemblée Na-tionale élue, qui serait chargée d’écrire les lois mais qui, avant d’imposer ces lois, devrait convaincre de leur utilité une Assemblée des Citoyens tirée au sort (une assemblée qui nous ressemble aurait ainsi un droit de veto, en plus d’un droit d’initiative et de contrô-le). Plus démocratiques, ces institutions imposeraient aux professionnels de l’AN d’écouter et de respecter le peuple qu’ils représentent, tous les jours et pas tous les cinq ans, à travers un débat permanent et honnête.

Pour la désignation d’une Assemblée Constituante honnête (dont les membres n’écrivent pas des règles pour eux-mêmes), on devrait absolument éviter l’élection (qui permet aux partis de nous imposer leurs candidats, à la fois juges et parties dans un pro-cessus constituant) et préférer le tirage au sort (qui laisse toutes leurs chances aux indi-vidus désintéressés et libres de toute discipline partisane) : tirage au sort parmi les per-sonnes volontaires, éventuellement parrainées par quelques centaines de citoyens.
Les Athéniens faisaient de l’isègoria —le droit de parole égal pour tous à l’assemblée— le pilier fondamental de toutes leurs libertés.
Mais aujourd’hui, qui pose les questions dans les « démocraties » ? Qui conserve l’initiative ? Les partis privent tous les hommes libres de l’indispensable isègoria.
En France comme ailleurs, ce n’est pas aux hommes au pouvoir d’écrire eux-mêmes les limites de leurs propres pouvoirs (la constitution). Ce n’est pas aux élus de décider à notre place si l’élection vaut mieux que le tirage au sort : ce choix de société ne peut être tran-ché que par référendum.

Étienne Chouard http://etienne.chouard.free.fr/Europe/tirage_au_sort.php
(Fin du résumé)

Voici des lieux pour débattre ensemble de cette thèse :
Sur le Forum du Plan C : http://etienne.chouard.free.fr/forum/viewtopic.php?id=20
Sur Agoravox.fr : http://www.agoravox.fr/auteur.php3?id_auteur=5765
Sur le Blog du Plan C : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/
NOTA (27 avril 2011 : j’ai préparé un deuxième document (important) sur le tirage au sort. C’est là :
http://etienne.chouard.free.fr/Europe/centralite_du_tirage_au_sort_en_democratie.pdf

Extrait du blog d’Etienne Chouard : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/tirage_au_sort.php

On n’est pas préparés à cette idée : la première fois qu’on nous parle de tirage au sort en politique, on ouvre tous des yeux incrédules et on se demande quelle est cette nouvelle lubie. Le mythe de l’élection est très puissant et il n’est pas facile de s’en déprendre, même quelques minutes pour voir.

Portant, je vous conseille chaleureusement de laisser une chance à l’idée et de lire seulement quelques lignes sur le sujet : vous allez vite sentir en vous-même que, loin d’être une nouvelle lubie, c’est une bonne idée, et même une très bonne —et très vieille— idée, bien connue de nos aïeux et bien testée (pendant des siècles !) avec d’excellents résultats.









 

0 Commentaire

Soyez le premier commentateur.

Laissez un Commentaire